Le crime parfait d’Agatha Christie

0 29

Résumé

Décembre 1926. Agatha Christie disparaît pendant une dizaine de jours. Cette disparition survient alors que la mère d’Agatha Christie décède deux mois plus tôt.

Agatha Christie décide de quitter l’Angleterre pour la Turquie, départ qui la conduira, sans que cela ne soit prévu à être au centre d’une énigme policière. Deux meurtres sont commis. Agatha Christie et ses personnages mènent l’enquête à la fois autour des recherches infructueuses du Commissaire Craddock à Athènes, pour comprendre qui a assassiné deux touristes, et celle menée par le professeur Freud en Angleterre pour comprendre les angoisses de la romancière et de ses personnages, victimes comme assassins.

Mon ressenti

Lorsque la responsable éditoriale des éditions Faubourg Marigny m’a proposé de lire ce roman policier de leur grande soeur Moissons Noires, j’ai sauté sur l’occasion. Tout d’abord, la couverture m’a immédiatement séduite. J’aime ce côté très british et distingué. Ensuite, le pitch en quatrième m’a intriguée. L’autrice, Bénédicte Jourgeaud, a tenté d’imaginer ce qui avait bien pu arriver à la romancière qui a subitement disparu en 1926 durant une dizaine de jours. Elle n’avait alors publié que quelques romans et n’avait pas la notoriété qui l’amena à être surnommée la Reine du crime. Cela dit, ce n’est pas la première à avoir écrit un roman sur ce sujet. Brigitte Kernel s’y est essayée avant, avec le titre Agatha Christie, le chapitre disparu.

La disparition d’Agatha Christie

Nous suivons donc Agatha Christie qui, après avoir découvert l’adultère de son mari, décide de prendre le large. Elle décide de partir jusqu’en Turquie. Elle voyagera sous une fausse identité en train puis en bateau. C’est sur le ferry que seront commis deux meurtres deux nuits de suite. Devant dévoiler son identité et justifier les raisons qui l’ont poussée à cacher son identité, elle devient rapidement suspecte aux yeux de l’enquêteur. D’autant plus qu’un premier incident avec une mouette lui donne de l’inspiration. Elle se met alors à écrire l’ébauche d’un prochain livre. Le hic, c’est que le premier meurtre écrit est en tout point identique à celui qui est commis la même nuit. Comment peut-elle l’expliquer ?

Roman policier ou presque

L’intrigue met pas mal de temps à se mettre en place. Le début du roman peut sembler un peu long. Mais vers le milieu du roman, l’intrigue prend un tournant inattendu. Et alors les longueurs du début prennent tout leur sens. Ce fut un tournant qui m’a complètement surprise. Pourtant, si j’avais été plus attentive, j’aurais pu voir que l’autrice a semé de nombreux indices qui auraient dû me mettre la puce à l’oreille. Ce virage est vraiment original même s’il s’appuie sur les déclarations faites par Agatha Christie lorsqu’elle réapparaît subitement 11 jours plus tard, prétextant une amnésie. J’ai vraiment beaucoup aimé la tournure qu’a pris cette enquête. Qui n’en est pas vraiment une au final. Mais je ne peux en dire plus au risque de tout dévoiler.

En lisant ce livre sur un pan de la vie d’Agatha Christie, on réalise que Bénédicte Jourgeaud connaît très bien la vie de la romancière et ses romans. Elle y fait de nombreuses références à ses enquêtes. On y retrouve des personnages issus de ses romans passés ou à venir. Ainsi que des meurtres. Mon seul regret c’est qu’il faudrait avoir lu tous les romans d’Agatha Christie avant de se plonger dans celui-ci. En effet, l’autrice divulgue certaines intrigues, notamment celle du Meurtre de Roger Ackroyd que je n’avais pas encore lu.

Ce fut vraiment une très belle lecture. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce roman policier qui n’en est finalement pas vraiment un. J’ai hâte de lire un autre roman de Bénédicte Jourgeaud.

Note : 4 sur 5.

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie du challenge mensuel. Couverture avec une tasse de café (ou de thé).

Elle m’a également permis de valider la catégorie du challenge saisonnier. Quatrième avec le mot Peur ou un synonyme (ici, angoisse)

Enfin, j’ai pu valider la catégorie 75 du challenge annuel. Le prénom du personnage principal se termine par une voyelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More