Si je serais grande _ Angelina Delcroix

2 19

Résumé

2006. Deux petites filles disparaissent le même jour, sans laisser de traces. Elles sont voisines, mais n’étaient pas ensemble au moment de leur enlèvement.

Eleanor, bientôt six ans, vit dans la crainte de déplaire à ses parents. La tête pleine d’images et de souvenirs, est-elle la menteuse que décrit sa mère ?

2016. Des cadavres d’enfants viennent d’être découverts.

Au milieu des corps, une survivante.

Enceinte de quatre mois et toujours profondément marquée par sa précédente enquête, l’adjudante Joy Morel se retrouve à la tête d’une enquête éprouvante qui va l’entraîner aux frontières de l’inimaginable …

Mon ressenti

Si je serais grande est le deuxième roman d’Angélina Delcroix que je lis. J’avais eu réel coup de coeur pour son premier roman : Ne la réveillez pas. C’est donc avec beaucoup d’impatience que j’attendais l’occasion de pouvoir enfin lire son deuxième roman.

L’histoire que nous livre ici Angelina Delcroix est lourde. Très lourde. Car elle y aborde des meurtres d’enfants, mais pas seulement. Elle y parle aussi de torture et de manipulations psychiques. Tout comme dans son premier livre, elle nous cite ses sources à la fin, ce que j’apprécie grandement. Et ça n’aide pas à rendre la lecture plus simple, car on comprend que même s’il s’agit de fiction, nous ne sommes finalement pas si loin d’une potentielle réalité. Et ça glace le sang.

Même si nous avons affaire aux mêmes enquêteurs que dans le premier opus, Si je serais grande est différent. Tout d’abord, une grande partie du livre nous est livré du point de vue d’une petite fille. Par conséquent, il est parfois difficile de suivre les pensées de cette petite, car elle est jeune et s’exprime telle une enfant. De ce côté, on peut dire que l’autrice a réussi à se mettre dans la peau d’un enfant. Cependant, ça rend parfois la lecture plus complexe car les pensées d’un enfant sont souvent brouillon.

Ensuite, Angelina Delcroix nous entraîne au coeur de la perversité de l’âme humaine. C’est très éprouvant. Certaines scènes sont à la limite du supportable. Pourtant, on lit, on tourne les pages, on se laisse entraîner dans cette histoire et on n’attend qu’une seule chose : que les coupables soient punis. Que ces ordures ne puissent plus jamais voir la lumière du jour, voire pire. L’autrice nous livre un thriller haletant dont l’intrigue est parfaitement travaillée et efficace.

C’est donc une excellente lecture. Cependant, âmes sensibles, abstenez-vous. Cette lecture ne laisse pas indemne.

Note : 4 sur 5.

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 2 du challenge d’automne. Un auteur dont le prénom commence par A.

Elle m’a également permis de valider la catégorie 10 du challenge mensuel (octobre). Lire un thriller.

Enfin, j’ai également validé la catégorie 16 du challenge annuel. Titre d’une lecture commune pendant la période. Sur le groupe Facebook La tête dans les livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

2 commentaires
  1. […] Lire l’article complet […]

  2. PHILIPPE D dit

    Je ne connaissais pas cette auteure. J’ai lu l’article sur le groupe. Je tenterai peut-être un jour…

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More