La nuit des temps _ Barjavel

1 14

Résumé

L’Antarctique. A la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité, la nuit des temps. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid, le vent, le silence.

Jusqu’à ce son, très faible. A plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l’euphorie général, une expédition vers le centre de la Terre se met en place.

Un roman universel devenu un classique de la littérature mêlant aventure, histoire d’amour et chronique scientifique.

Mon ressenti

Je crois que c’est acté, la Science-fiction ce n’est pas pour moi. En effet, ce genre littéraire ne me convient pas.Dans la nuit des temps, nous suivons un groupe de scientifique au Pôle Sud. Leurs sondes ont détecté une “anomalie” sous les profondeurs de la glace. Une construction humaine semble y avoir été enfouie. Alors on creuse, on fore, on fait fondre et on trouve. Deux personnes. Un homme. Une femme. Elle est magnifique. Simon en tombe éperdument amoureux. Et déjà, à ce moment là, l’auteur m’avait perdue. Tout comme dans Une rose au paradis, le romantisme exacerbé de l’auteur m’a agacée. On décide alors de les faire sortir de leur “hibernation”. On commence par la femme. Elle s’appelle Elea et elle a été choisie il y a maintenant 900 000 ans pour repeupler la planète qui allait alors s’éteindre. L’homme, c’est Coban, celui qui doit l’aider.

Elea et Coban viennent de la nuit des temps. Et pourtant, leurs technologies étaient bien plus évoluées que les nôtres. Une mange-machine qui fabrique de la nourriture à partir de rien, un sérum de vitalité permettant de survivre au froid, un casque permettant de visualiser la mémoire des humains. C’est grâce à lui que Simon et ses hommes découvrent la vie d’Elea. Elle était alors destinée à passer sa vie avec sa moitié, Paikan. Elle était à Païkan, Païkan était à elle. C’est un peu le leitmotiv de ce roman. Un amour si fort, si intense que lorsqu’Elea apprend qu’elle est l’élue, elle ne le supporte pas. Et va tout faire pour échapper à son destin, Païkan à ses côtés.

Au delà d’un roman de science-fiction qui m’a perdue avec ses technologies diverses et variées, La nuit des temps c’est aussi un roman d’amour. Un roman dans lequel le romantisme de l’auteur transpire à chaque page. Je ne renierai donc pas la qualité incroyable de l’écriture qui réussit transmettre les diverses émotions de ses personnages. L’amour semble sacré pour Barjavel. Je vous invite d’ailleurs à lire ce petit article sur L’amour et la sacralité des sentiments chez Barjavel.

Le talent et l’imagination de Barjavel sont indéniables, je ne dirai pas le contraire. Mais je crois tout simplement que ce genre littéraire n’est pas pour moi.

Note : 3 sur 5.

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 14 du challenge annuel. Lire un auteur proposé dans “auteur en commun” sur le groupe La tête dans les livres.

Elle m’a également permis de valider la catégorie du challenge saisonnier. Lire un livre que vous n’avez pas acheté (trouvé en boîte à livres).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 commentaire
  1. PHILIPPE D dit

    A une époque…assez lointaine, je lisais et j’aimais de la SF. J’ai adoré ce bouquin, mais je ne suis pas sûr que j’aimerais encore maintenant. Je me suis déjà dit que j’allais le relire, mais je ne vais pas me mettre à relire tout ce qui m’a plu dans ma jeunesse. Je n’ai pas assez de temps pour ça.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More