Urbex Sed Lex _ Christian Guillerme

0 16

Résumé

Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté. Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné… Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition. JAMAIS !

Mon ressenti

J’ai rencontré Christian Guillerme lors du salon Sang pour Sang polar. J’ai pu discuter avec lui et ai alors compris que son roman était inspiré du sanatorium de Dreux. Cela fait désormais 7 ans que je travaille sur Dreux et j’ai récemment eu l’occasion de découvrir une partie de cet ancien sanatorium qui fait office de centre aéré. Seules deux parties ont actuellement été réhabilitées. Le reste est en état de délabrement total et abandonné. De ce fait, il attire de nombreux urbexeurs, passionnés de lieux abandonnés. Il y a quelques années de cela, un jeune de 19 ans y a trouvé la mort alors qu’il y fêtait son anniversaire avec des amis. En lisant le roman, j’ai alors compris que le livre n’est pas inspiré du sanatorium mais s’y passe réellement. Et connaissant un peu l’architecture du bâtiment, j’ai rapidement pu me plonger dans ce thriller palpitant.

Deux couples d’urbexeurs ont été contactés pour réaliser un défi dans le sanatorium désaffecté de Dreux. A la clé ? Un joli pactole. Mais cela est-il vraiment une bonne idée ? Urbexeurs chevronnés, ils se rendent donc sur les lieux de cet ancien hôpital en pleine nuit. Ils doivent résoudre une énigme et écrire leur réponse sur un des murs délabrés. Mais rapidement, ils comprennent qu’ils ne sont pas seuls et réalisent qu’ils n’auraient jamais dû venir. Une chasse à l’homme commence alors.

Dès le début, j’ai été emportée par cette histoire. Que ça se passe dans un lieu proche de chez moi, découvert très récemment, m’a certainement aidée à me plonger dans cette histoire. Christian Guillerme arrive sans peine à nous faire ressentir l’angoisse que peuvent ressentir ses personnages. Le rythme du roman est endiablé, il n’y a pas une seconde de répit. Et ça fonctionne parfaitement. Le climat qu’il instaure est angoissant. Enfin, les descriptions de l’auteur sont fidèles au lieu. Il est assez simple de s’en rendre compte sans s’y rendre tellement il existe de photos et vidéos sur les lieux. J’avais vraiment l’impression d’y être, de parcourir ces lieux sombres, en pleine nuit.

Le pavillon présent sur la photo est le pavillon qui sert désormais de centre aéré.

Son seul défaut ? Il est trop court ! Je serais bien restée encore quelques pages au sein de ce bâtiment à la construction rectiligne, même si ce qui s’y passe fait froid dans le dos. La plume de Christian Guillerme est concise et aiguisée. C’est un coup de coeur !

Note : 5 sur 5.

Il existe un court documentaire sur le sanatorium de Dreux :

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 30 du challenge annuel. Titre écrit en blanc sur la couverture.

Elle m’a également permis de valider la catégorie 3 du challenge mensuel. Titre en 3 mots.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More