Les refuges _ Jérôme Loubry

1 21

Résumé

Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.

Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.

Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?

Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…

Mon ressenti

Un roman à tiroirs

Voilà encore un roman qui est plutôt encensé par ses lecteurs. Même si j’ai passé un agréable moment durant ma lecture, je ne peux pas non plus qualifier ce roman de coup de coeur. Mais ça reste un très bon thriller psychologique, que j’ai lu avec délectation.

Jerôme Loubry nous offre ici un roman que je qualifierais de « récit à tiroirs ». On ouvre un tiroir. Il s’y trouve une première histoire. Puis, au cours de cette histoire, nous ouvrons un nouveau tiroir, dans lequel se trouve une autre histoire. Et telles des poupées russes qui s’imbriquent les unes dans les autres, les différentes histoires finissent pas être reliées les unes aux autres afin de nous livrer la vérité.

Nous commençons d’abord avec Sandrine, qui apprend le décès de sa grand-mère maternelle qu’elle n’a jamais connue et dont elle est l’héritière. Elle va donc se rendre sur l’île où son aïeule vivait. Etrange île. Ses habitants n’ont pas le droit de la quitter. C’est stipulé sur le contrat qu’ils ont signé il y a des années de cela lorsqu’ils sont venus sur l’île pour s’occuper des enfants d’un camp de vacances. A partir de là, l’histoire de Sandrine commence à manquer de cohérence, et on se demande vraiment où l’auteur vous nous emmener.

Les refuges psychologiques

Puis, soudain, changement de décor. Nouveau tiroir. Nous nous retrouvons à Villers-sur-mer. Sandrine a été retrouvée sur la plage, couverte de sang et tient des propos incohérents au sujet d’enfants et d’une île. On comprend alors peu à peu que ce qui s’est passé sur cette île n’est en fait qu’un refuge. Un refuge psychologique (article en anglais) . Sandrine s’est réfugiée derrière cette île afin de ne pas avoir à affronter une réalité bien pire. Damien et son collègue ne tardent pas à le découvrir. Et toutes les incohérences du récit précédent sont les preuves de ce refuge, issu de l’imagination de Sandrine.

Nous utilisons tous ces refuges […] généralement sans s’en rendre compte. Un simple sourire peut en être un. Par exemple, quand une personne vous demande si tout va bien alors que vous traversez une passe difficile, une rupture, une maladie, qu’importe… vous répondez alors en vous réfugiant derrière un rictus malhabile, un bouclier que vous brandissez afin que votre interlocuteur ne devine pas votre trouble intérieur. Vous écartez ainsi le drame. […]

Le mensonge aussi peut servir de refuge. Est-ce toi qui a renversé ce verre ? Non, maman. L’enfant se cache dans le mensonge pour ne pas avoir à affronter la justice de ses parents. La colère, la joie … Lire un livre en est un autre. S’évader de son quotidien pour vivre des aventures par procuration… Mais écrire ce livre en est également. Derrière ce déluge de mots, l’auteur projette bien souvent ses craintes les plus profondes et les enferme en espérant s’en débarrasser à jamais. Il se réfugie dans la narration de ses pires démons pour ne plus les croiser dans le reflet de son miroir. […]

La drogue, l’alcool, la religion… Tous sont des refuges que nous utilisons à un moment de notre vie. De manière consciente ou inconsciente, nous sommes les bâtisseurs de ce qui nous aide à traverser les épreuves de notre existence.

Les refuges, Jérôme Loubry

Le refuge (attention, spoiler)

Mais l’auteur nous mène bien en bateau. Lorsque nous pensons avoir compris le fin mot de l’histoire nous réalisons qu’il y a un autre et dernier refuge. L’histoire de Sandrine elle-même n’est qu’un refuge. Celui de Damien, l’enquêteur, qui a vécu un tel traumatisme qu’il n’a trouvé d’autres solution pour survivre. Car lorsque le choc psychologique est trop lourd à porter, à affronter, alors l’inconscient est capable de se cacher derrière plusieurs refuges.

Je ne peux pas le nier, l’auteur nous manipule avec brio et son approche du refuge psychologique est brillante. Malgré tout, je ne peux pas considérer ce roman comme un coup de coeur, car j’ai trop souvent eu l’impression d’être perdue dans le récit. Ce n’est donc pas une déception, car le livre se lit facilement et on a du mal à le reposer. On veut savoir et comprendre pourquoi Sandrine s’est refugiée derrière tant de murs qui semblent infranchissables.

La plume de Loubry est rythmée et envoûtante. Il a fait un travail de recherche phénoménal. Il m’a également donné envie de découvrir le roi des Aulnes de Goethe, auquel il fait référence tout au long de son roman, au travers de l’histoire de Sandrine.

Note : 4 sur 5.

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 2 du challenge mensuel. Titre ou auteur avec une accent circonflexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 commentaire
  1. PHILIPPE D dit

    C’est un auteur que j’ai déjà beaucoup vu sur les réseaux, mais que je n’ai pas encore lu. Il y en a tant à lire et à découvrir !
    Bon dimanche.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More