meta name="example" content="custom: 2022-02-16">

La passeuse d’histoires _ Sejal Badani

1 11

Résumé

Jaya, une journaliste new-yorkaise, bouleversée par une troisième fausse couche et le délitement de son mariage, embarque dans un inoubliable voyage en Inde à la recherche de son histoire familiale troublée.

Émerveillée par ce qu’elle y découvre, Jaya apprend tout ce qu’elle peut sur la culture du pays. C’est en rencontrant Ravi, ancien servant et confident de sa grand-mère Amisha, qu’elle va en apprendre plus sur son histoire familiale. Le vieil homme lui racontera la vie d’Amisha sous l’occupation britannique, de son mariage arrangé à son histoire d’amour impossible avec un lieutenant britannique. Il lui parlera également de l’école anglaise où, malgré les interdits de l’époque, elle enseignait l’écriture, elle qui adorait raconter et écrire des histoires pour ses enfants…

À travers l’histoire déchirante de sa grand-mère, modèle de résilience, Jaya se découvre une force que, jusque-là, elle n’avait jamais soupçonnée.

Mon ressenti

La passeuse d’histoires est un roman à double temporalité. Nous y suivons Jaya, qui part à la recherche de ses origines en Inde. Elle veut comprendre pourquoi sa mère a coupé les ponts avec sa famille. Là-bas, elle fera la connaissance de Ravi, un vieil ami de sa grand-mère, Amisha. Il lui racontera alors son histoire et par conséquent celle de sa mère. Alors que Jaya est bouleversée par sa troisième fausse couche et la rupture que cette dernière a provoqué, elle va prendre du recul et apprendre la résilience.

La passeuse d’histoires est Amisha. Une femme intelligente qui a refusé que son statut inférieur l’empêche d’accéder à la culture et l’éducation. Ainsi, elle décide d’aller à l’école et d’apprendre à écrire l’anglais. Dans cette école, elle se liera d’amitié avec Stephen, un soldat britannique. Amisha est aussi cette femme qui a tenté d’apprendre à ses fils, à travers les histoires qu’elle inventait, la justice et l’équité. Cette femme qui refusait qu’on traite les intouchables comme des moins que rien. Amisha n’a jamais accepté qu’un intouchable ou qu’une femme soient des êtres inférieurs aux autres. Ravi, son serviteur, ami et confident, était un Dalit, caste considérée comme impure. C’est grâce à elle qu’il a pu trouver un travail et offrir à sa famille un semblant de dignité.

Chara disait souvent que l’amour d’une fille était fugace. Le temps qu’elle passait avec sa famille était consacré à préparer le jour où elle la quitterait pour en intégrer une autre. Chaque mère voyait en sa fille son propre reflet : celui d’une perpétuelle étrangère dans son foyer. Ce n’était qu’au moment où elle avait fait de son fils un homme et qu’elle l’avait marié qu’une mère pouvait trouver sa place dans le monde : à ce moment-là, la jeune épouse qui venait vivre dans sa maison était une étrangère alors qu’elle-même était enfin chez elle.

La passeuse d’histoires, Sejal Badani

C’est un roman très émouvant. Cependant, j’ai trouvé que les allers-retours entre passé et présent, cassaient le rythme. L’histoire d’Amisha m’a vraiment touchée tandis que celle de Jaya beaucoup moins. La fin du roman, quant à elle, est très touchante. On comprend alors pourquoi la mère de Jaya refuse de retourner en Inde. Cette histoire permettra à Jaya de mieux comprendre sa mère et d’accepter le fait qu’elle ne sera peut-être jamais mère. Enfin, on ne peut nier le talent de la conteuse, Sejal Badani. Elle nous emmène en voyage en Inde et nous fait découvrir leurs fêtes et leurs rites.

C’est donc une belle découverte. Il manquait peu de choses pour que ce soit un coup de coeur. Je recommande donc cette lecture à quiconque souhaite en savoir plus sur l’Inde dans les années 1930. La passeuse d’histoires est un roman fort et immersif !

Note : 4 sur 5.

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 8 du challenge mensuel. Quatrième avec le mot amour ou un dérivé.

Elle m’a également permis de valider la catégorie 50 du challenge annuel. Livre édité après 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 commentaire
  1. […] Lire l’article complet […]

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More