Dix âmes, pas plus _ Ragnar Jonasson

1 33

Résumé

Dix âmes, pas plus

« Recherche professeur au bout du monde. » Lorsqu’elle voit passer cette annonce pour un poste d’enseignant dans le minuscule village de Skálar, Una, qui ne parvient pas à trouver un emploi stable à Reykjavík, croit saisir une chance d’échapper à la morosité de son quotidien.

Mais une fois sur place, la jeune femme se rend compte que rien dans sa vie passée ne l’a préparée à ce changement radical. Skálar n’est pas seulement l’un des villages les plus isolés d’Islande, il ne compte que dix habitants. Les seuls élèves dont Una a la charge sont deux petites filles de sept et neuf ans. Les villageois sont hostiles. Le temps maussade. Et, depuis la chambre grinçante du grenier de la vieille maison où elle vit, Una est convaincue d’entendre le son fantomatique d’une berceuse. Est-elle en train de perdre la tête ?

Quand survient un événement terrifiant : juste avant noël, une jeune fille du village est retrouvée assassinée. Il ne reste désormais plus que neuf habitants. Parmi lesquels, fatalement, le meurtrier.

Mon ressenti

Ni vraiment un policier, ni vraiment un thriller, Dix âmes, pas plus est selon moi un roman noir. Je ne suis en principe pas une grande aficionado des romans noirs, mais celui-ci se lit vraiment tout seul.Il est bien dommage que la quatrième de couverture dévoile quasiment la totalité du roman, car le meurtre annoncé n’arrive que très tardivement.L’auteur nous fait plonger au coeur de ce petit village de dix âmes, pas une de plus. Le plus petit village d’Islande. Et Una va devenir la onzième habitante en y devenant l’institutrice du village. Elle n’a que deux élèves, mais les parents y tenaient afin d’apporter le meilleur à leurs enfants.

Mais Una n’est pas la bienvenue et la majorité des habitants le lui fait bien sentir. En effet, les habitants de ce petit village n’aiment pas qu’on se mèle de leurs affaires et ont du mal à accepter de nouveaux habitants. Ils règlent tous leurs soucis entre eux. Jamais la police n’intervient, même lorsqu’un vol ou qu’un supposé meurtre est commis. Una s’inquiète du décès d’une fillette 60 ans auparavant, qui semble hanter sa chambre. Elle s’interroge sur les habitants de ce village si particulier. Mais la police n’y est pas la bienvenue. Ainsi, lorsqu’Una pense avoir reconnu une personne disparue, on la somme de ne prévenir personne. On tente alors de lui faire croire qu’elle se trompe et que sa consommation d’alcool est responsable.

L’écriture est si fluide que ce roman se lit à toute vitesse. On a envie de savoir ce qui pousse les habitants à être si méfiants du reste du monde : journalistes, police, étrangers … La plume de Ragnar Jonasson est addictive, les personnages décrits avec un réalisme. L’auteur réussit à créer une ambiance tendue, angoissante. Le lecteur se retrouve aux prises avec les habitants de ce village si glacial, si peu accueillant.

Je conseille vivement ce roman à quiconque souhaite se familiariser avec les romans noirs. Je ne suis pas fan habituellement, mais celui-ci se dévore. C’était mon premier roman de Ragnar Jonasson, et une chose est sûre, ce ne sera pas le dernier !

Note : 4 sur 5.

A savoir que le village de Skalar existe bel et bien en Islande, à l’extrémité de la péninsule de Langanese. Il s’agit d’un ancien village de pêcheur totalement abandonné.

Merci à Netgalley France et aux éditions Lamartinière pour cette lecture.

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 15 du challenge annuel. Un auteur lu pour le A à Z (un autre challenge proposé sur le groupe Facebook).

Elle m’a aussi permis de valider la catégorie 1 du challenge mensuel. Titre qui commence par D.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 commentaire
  1. […] Lire l’article complet […]

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More