Le bonheur l’emportera _ Amélie Antoine

3 9

Résumé

Le bonheur l’emportera

Elle s’appelle Sophie, elle est dynamique, débordée, et elle déteste lâcher prise. Son enfant, Maël, est différent. Très différent. Elle le sait mais ne l’accepte pas…

Joachim, le père, lui, est un homme engagé. Un combattant. Il aimerait que Maël soit enfin lui-même, libre et heureux dans son corps. Mais il ne sait pas comment l’aider à sortir de son enfermement.

Une famille comme tant d’autres. Déchirée. Dépassée. Au bord du chaos. Il suffit pourtant d’une étincelle pour faire jaillir la lumière. Et croire de nouveau à la possibilité du bonheur…

Mon ressenti

Un sujet complexe

J’ai été très surprise par le sujet abordé dans ce roman. Lorsqu’on lit la couverture on pense que Maël, cet enfant différent, souffre d’un handicap. Ce n’est pas du tout le cas, du moins, il ne s’agit pas d’un handicap visible. Maël est né garçon, mais au fond de lui, il se sent fille. Sa mère, malgré de nombreux signes visibles depuis plusieurs années, se refuse à l’accepter, tandis que son père ne souhaite qu’une chose : voir son fils s’épanouir. Et cela même si cela doit signifier que ce dernier s’habille en fille.

L’autrice a choisi d’aborder un sujet difficile à traiter. Un sujet important, car les personnes transgenres existent bel et bien et l’impact psychologique d’une telle quête d’identité sexuelle n’est pas sans conséquence. Nous vivons encore dans une société où les garçons sont cantonnés à devoir montrer qu’ils sont forts et virils. Et dès lors qu’ils sortent du chemin, ils sont montrés du doigt.

C’est un sujet difficile à traiter, oui. Et malgré toute la bienveillance qu’Amélie Antoine a cherché à y mettre, un point m’a agacée. Maël veut être une fille et pour cela il se maquille, met du vernis à ongle, met des robes et porte du rose et des paillettes. Cet aspect m’a dérangée. Car un genre ne se définit pas selon ce qu’on porte ou selon nos couleurs préférées. Une fille bien dans sa peau et dans son statut de fille peut aimer le noir, le vert, le bleu, vouloir porter des pantalons et avoir les cheveux courts. Pour autant, cela ne fait pas d’elle une fille qui voudrait être un garçon. Ce stéréotype de la féminité m’a agacée, je dois le reconnaître.

L’acceptation

Mais je pardonne cet impair à l’autrice, car le sujet de fond est plus important. C’est surtout l’acceptation. Accepter que son enfant soit né dans le mauvais corps, qu’on n’y est pour rien, que l’enfant ne le fait pour nous nuire ou nous embêter. Accepter de suivre une thérapie car ce n’est pas anodin. Et eventuellement, accepter de prendre un traitement pour bloquer la puberté et sur le long terme, un éventuel changement de sexe. L‘autrice met le doigt sur la difficulté pour certains parents d’accepter que leur enfant ne soit pas celui auquel ils s’attendaient. C’est aussi un roman qui aborde la tolérance. La tolérance face à la différence.

J’ai beaucoup aimé la fin. L’autrice n’a pas cherché à proposer une fin lisse et brillante à son histoire. Il y a des hauts et des bas. Elle aborde parfaitement le sentiment que peux ressentir Maël par moment, à vouloir en finir car son souci d’identité l’amènera à devoir se battre sans cesse. Contre les préjugés, contre les cons …. L’épisode dans le parc m’a beaucoup émue. Et j’ai beaucoup apprécié que l’autrice fasse du père le personnage le plus tolérant, car c’est souvent plus difficile pour les hommes à accepter. Certains détails (que je ne dévoile pas), tendent à expliquer cette tolérance. Mais pour le savoir, il faudra lire le livre !

Je n’avais encore jamais lu Amélie Antoine. Ce fut donc une agréable découverte. Sa plume est vibrante, et les émotions transmises sont très fortes.

Note : 3.5 sur 5.

Auriez-vous d’autres romans d’Amélie Antoine à me conseiller ?

Cette lecture m’a été offerte par les éditions XO et NetgalleyFrance

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 8 du challenge mensuel. Un des personnages est un enfant.

Elle m’a également permis de valider la catégorie 92 du challenge annuel proposé sur le groupe Facebook La tête dans les livres. Lire un livre des éditions XO.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

3 commentaires
  1. […] Lire l’article complet […]

  2. PHILIPPE D dit

    Je ne connais pas encore cette auteure, mais voilà un livre que je lirais volontiers.
    J’ai connu un enfant qui voulait être une fille. Je pense que c’est une erreur de la nature et que ces enfants sont bien mal dans leur peau, d’autant plus que le père de cet enfant n’acceptait pas du tout qu’il s’habille en rose ou qu’il mette les vêtements de sa maman !
    Je ne sais pas ce qu’il est devenu…

    1. SeriaLectrice dit

      J’ai moi aussi déjà connu un enfant qui aurait voulu être une fille, j’avais d’ailleurs cru au début que c’était une fille.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More