Complot _ Nicolas Beuglet

3 14

Résumé

Complot, de Nicolas Beuglet

Un archipel isolé au nord de la Norvège, battu par les vents. Et, au bord de la falaise, le corps nu et martyrisé d’une femme. Les blessures qui déchirent sa chair semblent être autant de symboles mystérieux.

Quand l’inspectrice Sarah Geringën, escortée par les forces spéciales, apprend l’identité de la victime, c’est le choc. Le cadavre est celui de la Première ministre.

Qui en voulait à la chef de gouvernement ? Que cachait-elle sur cette île, dans un sanctuaire en béton enfoui au pied du phare ? Sarah, très vite, le pressent : la scène du crime signe le début d’une terrifiante série meurtrière. Dans son enquête, curieusement, quelqu’un semble toujours la devancer. Comme si cette ombre pouvait lire dans ses pensées…

De la Norvège à la vieille cité de Byblos, et jusqu’au cœur même du Vatican, c’est l’odeur d’un complot implacable qui accompagne chacun de ses pas. Et dans cette lutte à mort, Sarah va devoir faire face à ses peurs les plus profondes. à ses vérités les plus enfouies…

Mon ressenti

J’avais adoré le premier roman de Nicolas Beuglet : Le cri. Un thriller haletant et d’une très grande richesse. Sans grande surprise, Complot est aussi bon, bien que je lui préfère toujours le premier. Nous retrouvons les protagonistes de la première enquête, du suspens, un meurtre sacrificiel et politique à élucider et bien évidemment beaucoup d’actions.

Un complot

Tout commence avec l’étrange assassinat de la Première Ministre norvégienne. Son crime est aussi étrange que surprenant. Ressemblant à un sacrifice, la pauvre a été assassinée à coup d’épée, une craie collée dans la paume de la main et une tête de taureau en symbolique. Mais le plus surprenant est que la ministre a essayé d’effacer les traces du meurtrier avant son dernier souffle. Pourquoi donc ? Rapidement, Sarah, l’enquêtrice, élimine la piste terroriste russe que semble privilégier ses collègues. Pour elle, ce sacrifice est bien trop complexe pour que ce ne soit qu’un meurtre politique.

Commence alors une enquête hors norme, nous menant de la Norvège jusqu’au Vatican, en passant par le Liban et l’Allemagne. Un vrai voyage pour tenter de trouver qui en voulait à la ministre. Sarah découvre que la victime, en effaçant les traces de son bourreau, tentait de protéger deux autres personnes qui avaient de grandes révélations à faire sur la condition féminine, les jours suivants. La Première Ministre était prête à ce que son meurtrier ne soit jamais retrouvé. L’essentiel étant que ses deux comparses soient protégées.

Le complot n’est autre qu’une action masculiniste ayant découvert les révélations que voulaient faire ces trois femmes sur la condition féminine. En parlant de groupes masculinistes, l’auteur fait bien évidemment référence à des groupes qui existent vraiment, mais heureusement minoritaires. Malgré tout, ces groupes, avec la femme qui tend à vouloir plus d’égalité (on n’en est pourtant encore loin), grossissent. Leurs membres, persuadés que les femmes vont les priver de leur liberté, réclament le retour du patriarcat et de l’homme en tant qu’être supérieur.

Thriller féministe

Nicolas Beuglet a décidé, au travers de son roman, de s’intéresser à la cause féministe. Et même si on pourrait penser qu’il surfe sur une vague à la mode, il a choisi de s’y intéresser de manière historique. Ainsi, tout comme dans Le cri, le lecteur ne cesse d’apprendre de nouvelles choses. L’auteur a poussé ses recherches jusqu’à la préhistoire pour y voir la place de la femme à cette époque et pour chercher à quel moment, l’homme a décidé de prendre toute la place. Il a également cherché la présence et le symbolisme de la femme dans la mythologie et dans la religion. On peut dire que son travail de recherche est vraiment très poussé. Le message de l’auteur est on ne peut plus clair : l’homme est l’égal de la femme, et rien ne justifie qu’il se promulgue supérieur.

J’ai rarement appris autant de choses dans un thriller. Autant du côté historique, mythologique et biblique que du côté scientifique. Ainsi, nous apprenons que Mileva Einstein, Ada Lovelace, Lise Meitner ou encore Esther Lederberg sont des femmes qui ont contribué à faire avancer la science. Mais aucune n’a jamais été récompensée. Lise Meitner a découvert la fission nucléaire, mais c’est son collaborateur qui a reçu le prix Nobel. Esther Lederberg, grâce à ses découvertes, a ouvert la voie au clonage. Mais encore une fois, c’est son mari, qui travaillait avec elle qui a reçu le prix Nobel, sans qu’il ne mentionne jamais son épouse. Enfin, Mileva Eistein, épouse du génie, a partagé les découvertes avec lui. Pourtant, qui a entendu parler d’elle jusqu’ici ?

C’est un excellent roman que nous livre ici Nicolas Beuglet. Le cri reste pour moi mon préféré, mais je ne peux que vous encourager à lire Complot. Un roman structuré, haletant et plein de surprises ! Le trio gagnant !

Note : 4.5 sur 5.

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 10 du challenge mensuel. Livre avec des remerciements.

Elle m’a également permis de valider la catégorie 23 du challenge annuel. Un titre de 7 lettres (le nombre de lettres de mon mois de naissance)

Enfin, j’ai lu Nicolas Beuglet dans le cadre d’une lecture « Auteur en commun » sur le groupe Facebook La tête dans les livres (où vous retrouverez divers challenges, dont l’annuel)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

3 commentaires
  1. […] Lire l’article complet […]

  2. PHILIPPE D dit

    J’ai aimé la trilogie, même si, comme toi, j’ai préféré le premier. C’était un gros coup de coeur pour moi.

  3. PHILIPPE D dit

    J’ai aimé la trilogie, même si, comme toi, j’ai préféré le premier. C’était un gros coup de coeur pour moi.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More