…Et avec votre esprit _ Alexis Laipsker

2 32
et avec votre esprit

Résumé

Les esprits les plus brillants de la planète sont kidnappés. Machination, complot ou expérience scientifique ?
 » Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène ! « 
C’est sur ces mots de son assassin que, en pleine fac de Strasbourg, un Prix Nobel de chimie se voit férocement massacré et dépouillé – littéralement – de son cerveau. Quatre jours plus tard, dans la région lyonnaise, un célèbre physicien disparaît des radars.
Pour le lieutenant Vairne, pro du poker et obsédé de mathématiques, la probabilité qu’il s’agisse d’une coïncidence n’excède pas 15 %.
Probabilité que le carnage continue ? Sang pour sang…

Mon ressenti

Coup de coeur

Je peux le dire d’emblée, …Et avec votre esprit a été un véritable coup de coeur. Pourtant, je craignais qu’il ne soit trop sanglant ou trop gore pour moi. Mais je me suis totalement trompée. Certes, on a retiré le cerveau au premier mort, mais les détails sont moindre et surtout l’histoire tourne finalement assez peu autour de cette macabre découverte. Un éminent scientifique assassiné et à qui on vole le cerveau a de quoi faire pâlir. Aussi, lorsque tour à tour d’autres scientifiques sont enlevés puis retrouvés avec la mémoire effacée, le Lieutenant Vairne n’a d’autres choix que d’enquêter sur ces coïncidences.

Double enquête

Nous suivons deux enquêtes parallèles. La première est menée par la Commissaire Canelle Pourson de Strasbourg. Elle cherche qui a bien pu en vouloir au prix Nobel de chimie. En plus de lui avoir volé son cerveau, on lui a fourré dans la bouche un papier sur lequel est dessiné un étrange dessin ésotérique. Est-ce là l’oeuvre d’un fou ? Les enquêteurs qui aident la commissaire trouveront des pistes fort intéressantes en se penchant du côté mystique. Mais ce dessin n’est-il pas là pour leur faire faire fausse route ?

D’un autre côté, il y a le Lieutenant Vairne, de la DGSI. Il enquête sur l’étrange disparition d’un scientifique à Lyon, à peu près au même moment. Inquiète, c’est sa fille qui a donné l’alerte. On le retrouvera quelques jours plus tard, vivant. Mais des dix derniers jours, il ne se souviendra de rien. Il a perdu la mémoire. Peu à peu, un autre scientifique disparaît à son tour, dans un autre coin de France. Même scénario. Pourquoi a-t-on séquestré puis relâché ces hommes ? Tout cela semble être l’oeuvre de la même personne alors que rien ne relie ces hommes, hormis leur profession. Et encore, leurs spécialités sont toutes différentes et à aucun moment ils n’auraient besoin de travailler ensemble.

Un roman rythmé et atypique

Une jeune gendarme de la région d’Aix va lui venir en aide. Très belle, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et refuse le machisme ambiant des gendarmeries. Le lieutenant Vairne, ancien professionnel de poker, a les statistiques dans sa poche, il se promène avec sans les quitter et chaque situation est sujette à une analyse très précise de sa part. Ainsi, le roman est parsemé de probabilités, soit concernant son enquête, soit concernant sa vie personnelle et les sentiments qu’il commence à ressentir pour sa partenaire atypique.

Des rebondissements, et une fin extrèmement bien ficelée. C’est véritablement une enquête menée de main de maître. Les chapitres sont courts. Le rythme est soutenu. Ainsi, le lecteur est happé par sa lecture et a du mal à poser son livre. C’est un véritable page-turner. Du côté des enquêteurs, ils sont absolument normaux, et même si l’un d’entre eux est issu de l’assistance publique, à aucun moment cela ne vient entâcher l’enquête comme cela se fait de plus en plus souvent. J’apprécie que l’auteur ne soit pas tombé dans cette mode de l’enquêteur sombre et torturé.

Je dois reconnaître que j’étais un peu dubitative avant de lire son livre. Un présentateur télévisé d’emission de poker. On aurait pu croire qu’il s’est fait publier grâce à son nom (bon, ça a sûrement dû l’aider, ne nous mentons pas). Mais l’auteur a un réel talent et une imagination débordante. L’auteur étant joueur de poker, on peut aisément dire qu’il a fait tapis et a remporté la mise avec son roman. A défaut d’une quinte flush royale, tout étant perfectible, son roman vaut bien un carré d’as.

Note : 5 sur 5.

Ce roman a été lu dans le cadre des Nouvelles voix du polar organisé par les éditions Pocket. Il va sans dire qu’il aura mon vote !

Je fais un petit apparté, car j’ai eu l’occasion de discuter brièvement avec Alexis Laipsker sur son compte Instagram. C’est une personne très ouverte et agréable, qui prend le temps de répondre à ses lecteurs. C’est fort appréciable. Henri Loevenbruck et lui sont amis depuis le lycée. Son roman Nous rêvions juste de liberté (une pépite qu’il faut absolument lire) est inspiré de leurs frasques d’adolescents.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

2 commentaires
  1. Alexis Laipsker dit

    Merci beaucoup pour votre magnifique chronique 🙂. C’est un réel plaisir de lire votre ressenti.
    À bientôt pour de nouveaux coups de poker !

  2. PHILIPPE D dit

    Celui-là, je le note.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More