L’amie prodigieuse _ Elena Ferrante

2 194
l'amie prodigieuse

Résumé

L’amie prodigieuse

«Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.»

Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition.

Mon ressenti

Une belle histoire d’amitié

Naples, fin des années 50. Elena et Lila sont deux jeunes filles du même âge, dans la même classe, dans le même quartier. Nous suivons ces deux jeunes filles jusqu’à la fin de leur adolescence. Une forte amitié va les lier. Violence, amour, jalousie, études, pauvreté, leur amitié n’est pas de tout repos.

Elena, la narratrice, est intelligente. Lila, quant à elle, est surdouée. Jeune fille tempétueuse et charismatique, Lila fascine Elena. Elle cherche sans arrêt à lui ressembler, à être meilleure qu’elle. Leur quartier, leur ville, connaît la misère et la violence, et malgré tout, un lien puissant va les unir.

Pour des raisons économiques les parents de Lila ne pourront l’envoyer au collège, tandis qu’Elena ira jusqu’au lycée, où elle excellera. Cela provoquera une sorte de gouffre entre les deux jeunes filles, et elles s’éloigneront. Cependant, elles finissent réguièrement par se retrouver. Lila et Elena, malgré leur amitié, ne cesseront de se confronter l’une à l’autre. Lila apprendra le latin et le grec seule, défiant ainsi Elena qui, elle, aura besoin de ses enseignants pour y arriver. Elena vit assez mal la supériorité de son amie, qui elle vit mal le fait de ne pouvoir faire des études et de quitter Naples. Malgré tout, on peut ressentir une amitié solide et durable qui est en train de naître entre ces deux jeunes filles, si semblables et si différentes à la fois.

Une écriture captivante

La manière dont Elena Ferrante amène son récit est captivante. Nous avons une narratrice, Elena, qui nous raconte son enfance et son amitié naissante. La manière dont l’auteure nous décrit Naples, sa violence, sa pauvreté ne peut qu’enchanter le lecteur. L’ambiance qui règne, les tensions permanentes entre familles italiennes, la poussière, l’essor économique de certains commerçants. On s’y croit, on s’y retrouve, et nous voilà, lecteurs, marchant dans les rues napolitaines des années 50.

Il est difficile d’exprimer ce qui fait la force de ce texte. Est-ce la manière dont il est écrit, les sentiments qu’il provoque en nous ? Ce livre sort totalement de ce que j’ai l’habitude de lire, et pourtant j’ai apprécié, j’ai aimé, j’ai adoré suivre les aventures de Lina et Elena. Et la fin de ce premier tome m’a donné une envie irrépressible d’aller acheter les tomes suivants.

Si vous êtes avides d’action, de suspens, passez votre chemin. Avec l’amie prodigieuse, on se promène calmement, on observe, on admire, on apprécie.

Note : 4.5 sur 5.

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 13 du challenge hivernal. Lire un livre édité entre décembre et mars.

Elle m’a également permis de valider la catégorie 41 du challenge annuel. Lire un livre en plusieurs parties.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

2 commentaires
  1. […] Ce que j’apprécie aussi chez Gauvain Sers c’est l’importance qu’il donne à l’amitié, l’amour ou la famille. Ainsi, dans ses précédents albums, nous avons pu découvrir L’épaule d’un copain, sûrement une de mes chansons préférées, ou encore Changement de programme que j’adore également, qui tournent autour de l’amitié. […]

  2. Clélia Valmont dit

    J’ai beaucoup aimé cette saga ! Par contre j’ai aussi lu « L’amour harcelant » d’Elena Ferrante et j’avais été extrêmement déçue… Tu l’as lu?

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More