Une saison en enfer _ Arthur Rimbaud

0 13

Résumé

Une saison en enfer est le seul ouvrage qu’Arthur Rimbaud a fait lui-même publier chez un imprimeur belge. Le poète a tracé le plan en avril 1873 à son retour d’Angleterre, au début de sa dispute avec Paul Verlaine et l’a rédigé en août après leur rupture définitive.

Ce poème en prose relate ses souffrances proches de la folie qui l’ont conduit aux portes de la mort, l’échec de son expérience de poète voyant. Il parle de ses désillusions, de ses doutes mais aussi de ses espoirs. Avec une saison en enfer, Rimbaud tourne la page de son adolescence… et aussi de son passage en poésie.

Mon ressenti

Une saison en enfer a été écrit par Arthur Rimbaud après un malheureux accident durant lequel son amant, Paul Verlaine, lui a tiré dessus. Ce dernier passera dix-huit mois en prison, se convertira au catholicisme et passera sa vie à admirer l’oeuvre de Rimbaud. Malgré tout, il semblerait qu’il n’ait jamais lu ce recueil, sombre témoignage de la chute aux enfers de son amant. Rimbaud lui avait pourtant envoyé un exemplaire en prison, avec pour simple dédicace : « sans rancune ». C’est en tout cas ce qui est écrit dans la préface de mon ouvrage. Mais les avis divergent sur ce point et il est difficile de savoir si Verlaine a bien eu ce recueil entre les mains.

Cet ouvrage, entièrement écrit en prose, est globalement difficile à lire. Il est très imagé, regorge de métaphores et il semble primordial de connaître le contexte pour mieux appréhender ces écrits. On ressent la dépression, la tristesse dans laquelle se trouvait alors Rimbaud. Alors que son amant a attenté à ses jours, c’est tout son monde qui s’effronde. Il n’a alors que 19 ans. Et Rimbaud lui-même le dit « On n’est pas sérieux quand on a 17 ans ». Dix-sept ou dix-neuf ans, c’est presque pareil.

Il passe d’une idée à une autre, sans transition. Une saison en enfer est une sorte de journal intime que Rimbaud semble avoir écrit en même temps qu’il y réfléchissait. C’est admirablement bien écrit, mais également d’une complexite sans nom. D’ailleurs même sa mère, ne comprenant pas ses écrits, lui demanda : « qu’as-tu voulu dire ? ». Ce à quoi il lui répondit : « J’ai voulu dire ce que cela dit, littéralement et dans tous les sens ».

L’ouvrage que j’ai, est complété par les plus grands poèmes de Rimbaud. On y retrouve notamment Illuminations, le dormeur du val ou encore le bateau ivre. Ces poèmes là sont bien plus simples à lire. Au contraire d’Une saison en enfer, ils ne sont pas écrits en prose, et sont bien plus structurés.

C’est donc une lecture intéressante et très rapide, l’ouvrage ne faisant que quelques dizaines de pages. Ce n’est pas la partie en prose que j’ai préféré, mais le recueil de ses plus grands poèmes.

Note : 3.5 sur 5.

Mes challenges

Cette lecture m’a permis de valider la catégorie 96 du challenge annuel. Lire un recueil de poèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More