Sur le toit de l’enfer _ Ilaria Tuti

0 127

Résumé

Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. A côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages….et ses vêtements ensanglantés.

Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s’en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut….

Mon avis

J’aimerais tout d’abord comencer par les personnages enquêteurs. J’ai eu beaucoup de mal à apprécier la commissaire Battaglia, du moins au début. Ce personnage est acariâtre et arrogante, notamment avec son nouveau collègue, l’inspecteur Marini. Celui-ci, à la fois pataud et sûr de lui, ne cesse de se faire rabrouer par la commissaire. De son côté, il doute de ses qualités d’enquêtrice et remet systématiquement en cause ses conclusions de profilage. Bien heureusement, les personnages évoluent et l’inspecteur Marini finit par s’ouvrir et accepter les méthodes psychologiques de la commissaire. De son côté, Teresa Battaglia reste désagréable mais nous en apprenons au fur et à mesure les raisons. C’est donc difficilement que j’ai réussi à accroché au livre, au début du moins, à cause de ces personnages peu attachants.

Concernant l’enquête, nous avons ici affaire à un meurtrier assez singulier. Il n’a commis qu’un seul meurtre, plutôt violent, mais est déjà qualifié de tueur en série. Il recommencera, Teresa en est persuadée. Nous découvrirons effectivement d’autres victimes mais qu’est-ce qui les relie ? C’est ce que nous allons découvrir au fil de l’enquête et l’auteure va nous emmener dans les tréfonds de la psychologie, notamment des expériences psychiatriques menées par les médecins SS durant la seconde guerre mondiale. Ces expériences ont réellement existé, mais le lien avec notre meurtrier semble toutefois tiré par les cheveux. C’est d’ailleurs souvent ce que je reproche aux nouveaux romans policiers.

C’est donc un avis mitigé que je porte sur ce roman. Il n’est pas désagréable à lire et la lecture devient progressivement plus intéressante, mais ça n’en fait pas pour autant un roman que je conseillerai aux amateurs de ce genre.

Mes challenges

Ce livre m’a permis de valider la catégorie 10 du challenge annuel, lire un auteur italien.

A ce jour j’ai validé 86% du challenge annuel.

Ce livre a été lu dans le cadre du jury des nouvelles voies du polar.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More